A+ A A-

La laïcité vue du Niger : regards croisés sur l’antenne de Studio Kalangou

Niger Agadez Mosquée LIGHT

Trois points de vue sur la laïcité (un juriste, un pasteur et un imam) se sont exprimés dans le programme radiophonique créé et mis en œuvre par la Fondation Hirondelle au Niger, Studio Kalangou, le vendredi 9 décembre à l’occasion de la journée mondiale de la laïcité.    

Selon le juriste et constitutionaliste Maina Karthé, la laïcité, est certes un principe fondamental de la République nigérienne, consacré par l’article 3 de la Constitution. Le Niger est un Etat laïc, mais étant un Etat majoritairement musulman, la religion a une emprise sur le fonctionnement des institutions politiques administratives.  Bref, conclut le juriste : « sur le plan théorique, la laïcité existe, dans la réalité elle est introuvable. La preuve est qu’on demande à certains responsables, à commencer par le Chef de l’Etat de prêter serment sur le Livre Saint de sa confession… Et puis, imaginez que l’on ne voit pas le chef de l’Etat à la grande prière lors de la Tabaski. Ce serait un véritable séisme politique ».

De son côté, le pasteur Sabo Bassiri, Secrétaire général de l’Alliance des Missions des églises évangéliques du Niger, souligne que « nous sommes dans un monde pluraliste où il y a des communautés d’opinion. Chacun doit pouvoir exprimer sa foi dans la liberté. Au Niger, l’expression qui convient est donc celle de « séparation de l’Etat et de la religion ». Le Pasteur remarque « qu’ici, quand ont dit que le Niger est un pays laïc, les gens pensent : le Niger est un pays païen. Alors que ce n’est pas de cela dont il s’agit. » Selon, le pasteur, le religieux traverse toute la société. Dans un pays comme le Niger, ce principe permet l’expression de toutes les religions, la liberté de chacun d’adhérer à une religion qui n’est pas celle de la majorité.

Enfin, Oustaz Oumar Daouda Bizo Iman de la Mosquée Atakwa situé au quartier Dar Assalam déclare qu’« il n’est pas possible de séparer la religion de la sphère publique, même si la Constitution dit que le Niger est un Etat laïc, la réalité est tout autre… On ne peut  méconnaitre la réalité qui fait que le peuple nigérien est un peuple musulman. La laïcité, cela signifie : ne pas favoriser une religion par rapport à une autre et laisser chaque religion évoluer de façon naturelle. »

L’expression de ces différents points de vue, sans excès ni caricature et dans le respect de chacun, correspond à l’ambition éditoriale de la Fondation Hirondelle. Celle de permettre par ses programmes d’information de (re)créer les bases d’un dialogue constructif, y compris sur les sujets les plus sensibles, dans des sociétés traversées par de profonds facteurs de crise.

Lancé en janvier 2016, le programme de Studio Kalangou est composé chaque jour d’un journal en 5 langues et d’une émission de dialogue ouverte à toutes les composantes de la société, « Forum ». Ces contenus sont produits par une équipe de 15 journalistes nigériens, encadrés et formés par un Rédacteur en chef expérimenté. Le programme est diffusé en direct par un réseau de 20 radios partenaires à travers le Niger, et sur le site web www.studiokalangou.org