A+ A A-

Radio Ndeke Luka: RCA : le démenti du président de l'Assemblée nationale Abdou Karim Meckassoua

  • Catégorie : Actualité

000000meckassoua.jpg

Accusé d’intelligence avec l’UPC par un responsable du FPRC, le président Abdou Karim Meckassoua dément être impliqué dans les conflits qui opposent depuis plusieurs semaines, les deux groupes rebelles rivaux. Une réaction intervenue ce vendredi, 17 février. « Mon nom a été cité par un entrepreneur politico-militaire dans la presse et sur les médias sociaux », a déclaré Abdou Karim Meckassoua qui précise que cette accusation vise à le « mêler à des projets de déstabilisation du pays ».

Le président de l’Assemblée Nationale précise par ailleurs qu'il« désapprouve catégoriquement ces accusations »,qu'il juge « irresponsables ». Il ajoute se consacrer depuis son élection à rendre la première chambre du Parlement« plus crédible », afin d'en faire « une institution phare de la RCA », assumant sa mission au « service de son peuple et de ses seuls intérêts ».

Serein quant à la mise en œuvre de la mission confiée au Parlement, Abdou Karim Meckassoua déclare que « rien ne le fera dévier de la voix constitutionnelle librement choisi avec l'Assemblée nationale au service de la démocratie à bâtir ».

C'est depuis plusieurs mois que le FPRC de Nourredine Adam et l’UPC d'Ali Darassa s'affrontent dans la Ouaka et une partie de la Haute-Kotto. La semaine dernière, la Minusca a dû faire usage de la force pour arrêter une colonne armée qui avait franchi la ligne rouge afin d'attaquer Bambari. Le chef-détat major du FPRC le général Joseph Zoundeko a été victime d'un bombardement par hélicoptère de la force onusienne.

Radio Ndeke Luka: RCA : Plus d’une trentaine de civils tués par l’UPC selon Human Rights Watch

  • Catégorie : Actualité

000000hrw.png

Dans un rapport rendu public ce 16 février à propos des violences dans la Ouaka et une bonne partie de la Haute-Kotto, Human Rights Watch (HRW), accuse l’UPC de Ali Darassa d’avoir  exécuté 32 civils. Selon cette organisation de défense des droits de l’homme, « les combattants de l’UPC ont exécuté 25 civils le 12 décembre 2016 dans la ville de Bakala ». Des personnes convoquées, selon HRW « dans une école pour ce qu’elles croyaient être une réunion ». Ce même jour, soutient HRW, « 7 hommes qui revenaient d’une mine d’or à proximité ont été également tués ».

Selon Lewis Mudge, chercheur auprès de la division Afrique de Human Rights Watch,« ces exécutions sont des crimes de guerre flagrants » commis par des « combattants de l’UPC qui se sentent libres de tuer à volonté ».

Des accusations rejetées par Ali Darassa qui, répondant aux enquêteurs de cette organisation le 23 janvier 2017,  a affirmé « que ses hommes n’avaient tué aucun civil à Bakala ni dans les villages environnants ».

Si les violences continuent de gagner en intensité dans les villes ci-dessus citées, HRW se réjouit de la nomination, le 14 février 2017 du procureur général de la Cour pénale spéciale. Ce qui, selon elle « constitue un pas important vers la responsabilité pénale ». A cet effet, HRW exhorte la CPS basée à Bangui de « recruter maintenant le  personnel supplémentaire sans délai afin qu'elle puisse commencer les enquêtes et les poursuites ».

Toutefois, à Bambari, les rumeurs d’une bataille entre deux groupes rebelles se font de plus en plus pressantes. Certaines sources ont indiqué à RNL qu’un ultimatum de 48 heures aurait été lancé le 15 février par la Minusca à l’endroit de Ali Darassasommé de quitter la ville afin d’éviter un combat avec le FPRC.

Radio Ndeke Luka: RCA : un procureur congolais pour la Cour pénale spéciale

  • Catégorie : Actualité

000000procureurcps.jpg

Toussaint Mutazini Mukimapa, haut-magistrat ressortissant de la République Démocratique du Congo, a été nommé Procureur de la Cour pénale Spéciale (CPS). Le décret le nommant a été signé le 14 février par le président de la République,Faustin Archange Touadera.  Ce juriste de formation sera appelé à porter l'accusation contre les auteurs des « crimes de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre », commis en RCA depuis le « 1er janvier 2003».

Attribué à un magistrat international, l'avis à candidature du procureur spécial de la CPS a été lancé par le secrétariat des Nations-Unies, a indiqué le ministre de la justiceFlavien Mbata. Au niveau national, la Minusca, selon lui, a travaillé avec « le concours des membres du Conseil supérieur de la magistrature », et finalement, « le haut magistrat de la RD Congo, Toussaint Mutazini Mukimapa a été retenu ».

Juridiction nationale, la CPS qui comprendra des magistrats nationaux et internationaux aura à « enquêter, instruire et juger les violations graves des droits humains » et les « violations graves du droit international humanitaire ». La peine maximale prévue par la loi n°15.003 du 3 juin 2015 créant la CPS est la « perpétuité ». 


NOTICE BIOGRAPHIQUE

Monsieur Toussaint MUNTAZINI MUKIMAPA est un Haut Magistrat, ressortissant de la République Démocratique du Congo (RDC).

Détenteur du Diplôme de Licencié en Droit de l’Université nationale du Zaïre/Campus de Kinshasa en 1977 (Option : Droit privé et judiciaire), il s’enrôle volontairement l’année suivante au sein des Forces Armées Zaïroises comme Magistrat militaire. 

De mars 2003 à ce jour, il occupait les fonctions de Directeur de Cabinet de l’Auditeur Général des Forces Armées de la RDC. En cette qualité, il assurait quotidiennement le suivi institutionnel de tous les Auditorats militaires de la RDC, tout en accompagnant les Agences du Système des Nations Unies et les ONG partenaires d’appui aux juridictions militaires. 

En coordination avec tous les partenaires de la Justice militaire, il a contribué à la planification et à la mise en œuvre des activités de renforcement des capacités des acteurs judiciaires, particulièrement en matière de crimes internationaux et de ceux relatifs aux violences sexuelles. Compte tenu de l’ampleur des crimes internationaux commis dans son pays, il a,au courant de l’année 2015,initié un processus de priorisation des cas en vue d’accélérer leurs procédures. 

Son expérience de manager et de formateur, alliée à celle d’Officier du Ministère Public, dont la carrière a été entièrement vouée à soutenir l’accusation dans des contextes post-conflits fort délicats, lui seront particulièrement utiles  dans l’exercice de ses futures fonctions de Procureur Spécial Indépendant de la Cour Pénale Spéciale de la République Centrafricaine.

Radio Ndeke Luka: RCA : entre paralysie à Bria et incertitude à Ippy

  • Catégorie : Actualité

000000bria2.jpg

La ville de Bria dans la Haute-Kotto est complètement paralysée », a déclaré à RNL,Arsène Kongbo, député de la localité. Une déclaration en réaction à la crise qui oppose depuis plusieurs mois, le FPRC de Nouredine Adam à l’UPC de Ali Darassaet dont le bilan exact tarde à être rendu public. 

Cette  crise qui n’a que trop duré a « causé d’énormes pertes en matériels et en vies humaines ». Depuis le déclenchement des hostilités en octobre jusqu’à ce jour, « les établissements scolaires sont restés fermés, l’administration paralysée tout comme les services hospitaliers », a indiqué Arsène Kongbo. 

Même s’il reconnait que des efforts ont été faits pour le retour des personnes déplacées à leur domicile, il n’en demeure pas moins vrai que ces derniers temps, « la situation s’est dégradée ». Le député de Bria 1 demande aux différents groupes armés qui s’affrontent sur le terrain de « déposer les armes, de dialoguer pour la réussite du processus DDRR ».

48 heures après que la Minusca ait fait usage de la force pour stopper la progression de la coalition du FPRC de Nouredine Adam sur Bambari, les autorités centrafricaines n'ont pas encore réagi à cette nouvelle poussée de tension dans la Haute-Kotto. Aucun bilan exact des hostilités n'est encore disponible ce 13 février.

Samedi dernier, alors que le FPRC tentait de marcher sur Bambari, la Minusca a utilisé un hélicoptère de combats pour bombarder les positions de ces rebelles tuant au moins 4 personnes dont Joseph Zoundeko selon un bilan provisoire révélé parAzor Kalité, sous-chef d’état-major du FPRC .

Interrogé par RNL, le porte parole de la Minusca Vladimir Monteiro a indiqué que l’institution onusienne reste « déterminée à assurer la protection des populations civiles ». Tout comme elle entend contribuer au « renforcement de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national » et particulièrement « dans la zone de Ippy-Bambari où la situation reste tendue». Il ajoute que c’est en « toute impartialité que la Minusca continuera d’assurer ses responsabilités », précisant que « les attaques contre les troupes de l'ONU sont considérées comme un crime de guerre ».

Radio Ndeke Luka (RCA): Bangui : MSF suspend temporairement ses activités au Pk5

  • Catégorie : Actualité

000000msf2.jpg

Mercredi, Médecins Sans Frontières a décidé d’arrêter pour un moment ses activités médicales au Pk5 suite aux agressions d’hommes armés au sein de la maternité de Gbaya Ndombia dans le 3e arrondissement. Selon l'institution, ces agissements compromettent le fonctionnement de la structure de santé et donc, l’accès aux soins pour les femmes et les nouveau-nés, auxquels cette maternité est destinée. 

La suspension concerne l’appui aux soins pédiatriques au centre de santé de Mamadou Mbaïki, où les activités MSF reprendront le 15 février prochain. Par contre les activités aux services de la maternité de Gbaya Ndombia ne seront pas assurés jusqu’à nouvel ordre. 

Une situation qui interpelle OCHA 

Dr Michel Yao, son coordonnateur par intérim, invite tous les hommes armés à respecter les structures sanitaires pour favoriser l'accès aux patients et au personnel médical. Dans un communiqué publié hier à Bangui, l’humanitaire regrette l'incursion d’éléments armés dans un centre de santé du 3e  arrondissement dans l’intention de s’en prendre à certains blessés.

« Il est inacceptable que des éléments armés entrent dans un hôpital dans le but de tuer des patients. J’appelle toutes les parties concernées à respecter les structures de santé et leur caractère civil. Ceci dans le souci de permettre un accès libre et sans entrave aux patients et au personnel médical », a déclaré Dr Yao. 

Le coordonnateur humanitaire fait remarquer qu’il y a eu mardi dernier « trois morts et vingt six blessés », parmi les victimes : «des hommes armés et des civils ».

Lors de cet incident, plusieurs maisons, une école ainsi qu’une une église ont été détruites, « J’appelle les parties concernées notamment les autorités nationales à veiller sur la protection des civils et la cohabitation pacifique des communautés », a fait savoir Dr Michel Yao. 

OCHA relève qu’aujourd’hui en République Centrafricaine, la protection des civils reste une préoccupation et il y aurait 400.000 déplacés internes en raison du conflit. Plus de 2 millions d'individus ont actuellement besoin d'aide humanitaire. 

Ces incidents de Pk 5 surviennent alors que le financement est insuffisant a indiqué Docteur Michel Yao. Le Plan de réponse humanitaire 2017 pour sauver des vies étant chiffré à 400 millions de dollars américains soit près 246 milliards de francs CFA.

Radio Ndeke Luka (RCA): Bangui : Violences meurtrières au Pk5, un imam appelle au calme

  • Catégorie : Actualité

00000mosquee.jpg

Après la fin de la journée dramatique d’hier, l'imam de la mosquée Ali Babolo, Awadal Karim Mahamat, appelle les Centrafricains au calme et à la retenue. 

« J’appelle au calme », a déclaré imam Awadal Karim Mahamat. Car « Face à qui est arrivé, il faudra tourner la page et aller de l’avant », a-t-il souhaité rejetant toute aggravation. Il condamne avec la plus grande rigueur les « représailles » qui selon lui ont conduit à la mort de certaines « personnes innocentes ». Il déplore par ailleurs ces actes qui ont coûté la vie à des innocents précisant avoir recueilli « quatre victimes » à la morgue de la mosquée.  

Espérant que cela ne dégénère pas, l’imam Awadal Karim Mahamat, rassure que la vie a repris peu à peu avec la réouverture des commerces et du marché. 

Rappel des faits

Le Pk5, grand quartier du 3e arrondissement, a été secoué mardi en fin de journée par des tirs à l’arme automatique. A l’origine, le décès de Youssouf Sy alias Big Man, successeur d’Issa Kapi surnommé 50/50. 

Selon certaines sources contactées par Radio Ndeke Luka, cet homme recherché par la justice a été tué hier au cours d’une opération conjointe forces de sécurité centrafricaine – Minusca.

En représailles, ses éléments ont tiré à l’arme automatique pour manifester leur mécontentement. Il est par ailleurs encore prématuré de donner un bilan exact des dégâts humains et matériels. D’après des témoins, les exactions ont fait des morts parmi lesquels, Jean Paul Sankagui, journaliste, ancien Haut conseiller en communication et pasteur de l’Eglise Christ de Ramandji, incendiée au cours des évènements. Il y aurait également eu plusieurs blessés par balle.

La Minusca a mis en place un dispositif sécuritaire pour prévenir un regain de tension.

Retour des déplacés à l’aéroport Bangui M’Poko

Les tirs d’arme de ce mardi au Pk5 ne sont sans conséquences sur les populations civiles. Plusieurs habitants du secteur, qui avaient regagné leurs domiciles, sont repartis sur le site de l’aéroport Bangui-M’Poko. 

Plusieurs centaines de personnes (hommes, femmes et enfants) sont de nouveau à proximité du tarmac. Sans abris de fortune, l’image est désolante. Assis sur des nattes sous les manguiers, les assiettes et les habits par terre, tous déplorent leurs conditions de vie. Ces déplacés ne réclament qu’une chose : le désarmement des groupes armés de Pk 5. 

« L’incident qui s’est produit hier est lié au travail de la gendarmerie. Après, les hommes armés ont commencé à tirer. Ils ont même brûlé nos maisons. Qu’on désarme Pk5 », a fait savoir l'un d’eux sous couvert de l'anonymat.

Jean Serge Bokassa, ministre de la Sécurité publique et Virginie Mbaïkoua, des Affaires sociales ont visité ces déplacés. Les appelant au calme, le ministre Bokassa a rassuré que des dispositions sont en train d’être prises pour sécuriser le Pk5 afin de favoriser leur retour chez eux.

« Je voudrais rappeler toutes les communautés et la population en général au calme et au soutien de l’action de nos forces de sécurité intérieure ». 

Cette nouvelle violence s’installe alors que de nombreux déplacés avaient déjà regagné leurs quartiers respectifs suite à l'opération de déguerpissement initiée par le gouvernement.