Radio Ndeke Luka (RCA), 20.12.2012: Les FACA vont bientôt reconquérir les villes occupées par la coalition rebelle, dixit la Défense nationale

 

« Il ne faut pas céder à la panique. Les Forces Armées Centrafricaines (FACA) tiennent encore leurs positions au niveau des Mbrés en allant vers Bamingui (nord). Au niveau de Bria (nord-centre), il y a eu des combats âpres entre nos troupes et la coalition rebelle. Et l’Etat-major est en train de s’organiser pour reconquérir la ville ». Ces propos sont tenus ce 18 décembre 2012, par le ministre délégué à la Défense nationale Jean-Francis Bozizé.

Il a ainsi réagi à la prise la veille de la ville de Bria par les rebelles de Séléka,  Convention des Patriotes du Salut et du Kodro (CPSK), Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) et l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR).

Une occupation intervenue une semaine après celle des villes de Ndele, Sam-Ouandja, Ouadda et Bamingui (nord-est) par cette même coalition.

Selon le membre du gouvernement, ces attaques ont été menées par une coalition des éléments, dirigée par le leader autoproclamé Michel Ndjotodia, qui n’a pas encore identifié le réel motif de ses actes. Car, il s’agit des rebelles disparates avec une coloration intégriste qui pillent et rapinent la paisible population.

« A ce jour, le gouvernement et ses partenaires restent attacher aux vrais leaders de l’UFDR, CPJP, FDPC qui s’inscrivent toujours dans la logique du processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) contenue dans l’Accord de Paix Global de 2008 signé au Gabon. Un processus dont les moyens sont déjà apprêtés et qui n’attend que la saison sèche pour poursuivre les opérations, a-t-il indiqué.

Abordant la question de l’attaque il y a 3 semaines de la ville de Kabo (nord) par des hommes armés non identifiés, Jean-Francis Bozizé a déclaré que la situation de Kabo est apaisée. D’ailleurs, les anciens soldats loyaux qui ont combattu avec l’ennemi ont été remplacés. Ils sont entrain de faire des ratissages pour nettoyer la région.

Il est à noter que ces rebelles ont justifié leurs attaques par le non respect, par le gouvernement, des accords signés dans le cadre d’une marche vers la paix dont celui du Gabon.

De leurs côtés, les députés centrafricains ont organisé une marche le 18 décembre 2012 pour exiger la paix suite à ces attaques. Une initiative qui fait suite à la condamnation de ces hostilités par certains partenaires du pays notamment l’Union Africaine, le Bureau Intégré des Nations Unies.

 

Les commentaires sont fermés.