Fondation Hirondelle      +41 21 654 20 20

Notre actualité

Une femme bangladaise de la communauté d'accueil en train de réaliser une interview © Nancy-Amelia Collins / Fondation Hirondelle Une femme bangladaise de la communauté d'accueil en train de réaliser une interview

Crise des Rohingya : notre nouveau programme radio pour les communautés hôtes au Bangladesh

Aider les personnes touchées par la crise des Rohingyas au Bangladesh : lancement de notre nouveau programme radiophoniquepour les communautés bangladaises près des camps de réfugiés.

Un nouveau programme radiophonique appelé Arar Hota, c’est-à-dire « Notre voix », a été lancé au Bangladesh par la Fondation Hirondelle en partenariat avec l'organisation locale Coast Trust. L'objectif est de donner des informations à la communauté locale pour l’aider à accéder aux services et à améliorer ses moyens de subsistance. Nancy-Amelia Collins, formatrice radio, est retournée au Bangladesh et a mené une formation intensive avec une équipe de 20 personnes de la région, toutes passionnées par l’amélioration de la vie de leur communauté. Ce programme s’inscrit dans le prolongement de notre travail dans les camps de réfugiés rohingyas, où la Fondation Hirondelle travaille depuis mi-2018 avec l’émission radio Jamtoli Information Line, réalisé par et pour les réfugiés rohingyas.

En étendant notre travail à la communauté d’accueil, nous reconnaissons l’impact que la réponse des réfugiés a eu sur la population locale. L’afflux de près d’un million de réfugiés du Myanmar au Bangladesh s’est produit rapidement à la fin de 2017. Le peuple rohingya, fuyant la violence extrême dans l’Etat de Rakhine, a fait un voyage dangereux à travers le fleuve et vers la région côtière du sud du Bangladesh. L’un des plus grands camps de réfugiés au monde a vu le jour sur les flancs des collines, s’emparant de vastes étendues de terre. Au fil du temps, l’impact sur la communauté d’accueil bangladaise dans la région est devenu de plus en plus important. 40,000 hectares de forêt ont été défrichés. Les rivières et les cours d’eau sont pollués, les services souffrent et les moyens de subsistance ont été affectés.

Notre nouvelle équipe de volontaires de la communauté d’accueil étend notre programme dans les zones voisines de Palongkhali et Rajapalong, à côté des camps. Six membres de l’équipe ont été formés par Nancy en tant que producteurs, ce qui leur a permis d’acquérir des compétences en interview, en enregistrement et en présentation radio. Leur premier programme aborde la question d’actualité de l’accès aux structures de santé. En interrogeant la population locale, les volontaires ont constaté un niveau élevé de colère et de frustration dans la communauté d’accueil parce que beaucoup de leurs médecins ont cessé de travailler dans les cliniques locales afin de travailler dans les camps rohingyas, où ils peuvent gagner plus d’argent. Le système de santé qui était déjà surchargé souffre énormément aujourd’hui. Nos apprentis reporters sont allés voir ce qui se faisait à ce sujet et se sont entretenus avec des ONG qui étendent également leurs services à la communauté d’accueil, y compris Médecins Sans Frontières et le BRAC. Le partage de ces informations contribuera à améliorer l’accès aux soins de santé pour la population locale.

Le programme sera diffusé dans des douzaines d’endroits dans la communauté sur des haut-parleurs portables par des animateurs de groupes d’écoute bénévoles, dans des centres communautaires, des salons de thé et des lieux de rassemblement. Les commentaires des auditeurs seront recueillis afin d’éclairer notre programmation future.   

Aror Hota donne la parole aux Bangladais qui sont confrontés à des défis de plus en plus importants, allant de la pression sur les services aux luttes économiques. La nouvelle équipe de producteurs s’attaquera ensuite à d’autres questions pertinentes dans la communauté, en donnant des informations sur les endroits où accéder aux services et aux conseils sur la santé, l’eau, l’agriculture, l’autonomisation des femmes et des filles et les moyens de subsistances.

Ce nouveau projet au Bangladesh est mis en oeuvre en partenariat avec Coast Trust, une ONG locale, et s'appuie sur leur forte connaissance de la communité hôte dans cette région. Il est financé par la Chaîne du Bonheur et la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) Suisse.