Fondation Hirondelle      +41 21 654 20 20

Blog

Ye Htut, 27 ans, avec une copie fraîchement imprimée de The Tanintharyi Weekly, le journal qu'il édite. ©Oliver Slow / Fondation Hirondelle Ye Htut, 27 ans, avec une copie fraîchement imprimée de The Tanintharyi Weekly, le journal qu'il édite.

Le groupe de médias régional Dawei Watch est le quatrième partenaire média de la Fondation Hirondelle au Myanmar. Ils diffusent «Doh Athan», notre podcast hebdomadaire sur les Droits Humains produit avec Frontier Myanmar. Ye Htut, un jeune journaliste travaillant pour Dawei Watch, explique les difficultés que pose le métier de journaliste au Myanmar à Oliver Slow, Conseiller éditorial de la Fondation Hirondelle dans ce pays.

Ye Htut, 27 ans, originaire de Dawei, a démarré sa carrière de journaliste il y a cinq ans. Il fait maintenant partie d'une douzaine de journalistes du secteur privé couvrant la région de Tanintharyi, une vaste région tentaculaire gravement corrompue et victime de violations de l'environnement. Le groupe de presse pour lequel il travaille, Dawei Watch, est l’un des rares groupes à suivre l’évolution de la situation dans la région. Il fait face à une menace constante de poursuites et d’agressions physiques.

"Il n'y a pas de sécurité (pour les journalistes), explique Ye Htut. Si quelqu'un n'aime pas ce que nous écrivons, nous pouvons être poursuivis en justice, et nous n'avons pas l'argent nécessaire pour acheter du matériel de sécurité. Nous ne pouvons même pas nous permettre d'acheter des gilets de sauvetage pour notre personnel s’ils partent en mer pour un reportage. " Nous avons récemment organisé une formation avec Ye Htut et ses collègues de Dawei Watch, ainsi que d'autres journalistes de la région de Tanintharyi - où ils sont basés. Nous travaillons actuellement avec eux sur la production d’un podcast sur les impacts environnementaux des activités minières dans la région.

"Il y a tellement de difficultés à être journaliste ici. Les gens ne veulent pas nous parler et s'ils le font, ils veulent seulement que nous écrivions de bonnes choses. Si nous écrivons de mauvaises choses, ils ne sont pas heureux. Mais il y a tellement de mauvaises choses qui se passent... " Ye Htut travaille en étroite collaboration avec Ko Zaw, un autre journaliste et éditeur intrépide. Je leur ai dit à tous les deux qu'ils faisaient un travail important et formidable. Ye Htut a simplement répondu : "On est juste deux gars normaux."

Oliver Slow, conseiller éditorial de la Fondation Hirondelle au Myanmar